Juste une ombre de Karine Giebel – « Je t’arracherai les ailes, mon ange. Alors, tu ramperas devant moi. »

13689825_1060213637395904_50187167_n.jpg

 

Éditeur : Fleuve Noir

Date : 8 mars 2012

Nombre de pages : 502

Prix : 20€ (broché), 8€ (poche)

 

Karine Giebel est née le 4 juin 1971 et réside dans le Var. Elle a obtenu le Prix marseillais du Polar en 2005 pour Terminus Elicius, son premier livre paru en 2004. Juste une ombre est son sixième roman.

 

QUATRIÈME DE COUVERTURE :

 

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde.
Tu manipules ? Tu deviendras une proie.
Tu domines ? Tu deviendras une esclave.

Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place.
Et puis un jour…
Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.
À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.
Juste une ombre.
Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.
On t’observe jusque dans les moments les plus intimes.
Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi.
Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule.
Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos.

Ou seulement dans ta tête ?
Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard…

Tu commandes ? Apprends l’obéissance.
Tu méprises ? Apprends le respect.
Tu veux vivre ? Meurs en silence…

Lire la suite

Les Thanatonautes de Bernard Werber – Voyage vers l’au-delà

 

13472135_1040320079385260_1408665334_n.jpg

Éditeur : Le livre de Poche (initialement chez 

Albin Michel)

Date : 2007 (première publication : 1994)

Nombre de pages : 503

Prix : 7.30€

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

 L’homme a tout exploré: le monde de l’espace, le monde sous-marin, le monde souterrain ; seul le continent des morts lui est inconnu.

Voilà la prochaine frontière.
Michael Pinson et son ami Raoul Razorbak, deux jeunes chercheurs sans complexes, veulent relever ce défi et, utilisant les techniques de la médecine comme celles de l’astronautique, ils partent à la découverte du paradis.

Leur dénomination? Les thanatonautes. Du grec Thanatos (divinité de la mort) et nautès (navigateur).

Leurs guides ? Le livre des morts tibétain, le livre des morts égyptien mais aussi les grandes mythologies et les textes sacrés de pratiquement toutes les religions.

Peu à peu, les thanatonautes dressent la carte géographique de ce monde inconnu.

En Dante moderne, Bernard Werber nous emmène dans un voyage époustouflant.

Lire la suite